La Vélodyssée de Nantes à La Rochelle, épisode 1 Nantes – La Bernerie-en-Retz

Quand on aime, on en redemande !

Nous avions déjà eu l’occasion, l’an dernier, d’apprécier la partie Sud de la Vélodyssée de La Rochelle au Pays basque. Cet itinéraire cyclable le long de l’Atlantique emprunte un cheminement la plupart du temps loin des voitures, et offre des paysages majestueux, de marais, de forêts de pins, des petits ports et des points de vue splendides sur la mer.

Quand on aime, on en redemande ! C’est pourquoi, nous avons formé une nouvelle équipe. Se sont portées volontaires :  Josselyne et Bérangère pour pédaler sur la Vélodyssée entre Nantes et La Rochelle. Voici le récit de notre voyage de repérage en plusieurs épisodes.

 

 

Le long de l’estuaire de la Loire de Nantes à Saint-Brévin

Le départ a commencé calmement. Nous avons pris un TGV après une journée au bureau, et sommes arrivées à Nantes en début de soirée. Nous séjournons dans le quartier entre l’Erdre et le Jardin des Plantes, un doux mélange de quartier résidentiel et de rues commerçantes à quelques pas de l’église Saint-Clément. Nous commençons notre randonnée à vélo le lendemain sous un crachin que le gérant breton de notre hôtel qualifie d’inexistant.

La sortie de Nantes nous prit plus de temps que prévu car la signalisation de la Vélodyssée nous a menées le long du tramway au centre de l’île de Nantes en direction de Rezé. Nous n’apprécions pas de pédaler en zone urbaine le long des grands boulevards donc décidons de revenir à notre parcours habituel. Notre itinéraire passe devant le Lieu Unique, puis le long les rives de l’île de Nantes pour enuiste, longer la Loire. On retrouve enfin les panneaux de la Vélodyssée après Les Machines, puis profitons du point de vue sur les maisons colorées de Trentemoult sous un ciel menaçant.

Nous traversons ensuite les banlieues de Nantes : Bouguenais, puis des villages plus typiques comme Saint-Jean-de-Boiseau ou Le Pellerin, avant de nous élancer le long du Canal de la Martinière. La fin de l’étape le long de l’Estuaire nous réserve quelques rayons de soleil.

La traversée de Paimboeuf est agréable, entre le port et les maisons typiques agrémentées de balcons en fer forgé. Après Corsept, nous hésitons car la signalisation ne correspond plus à notre tracé. Qu’à cela ne tienne, nous nous laissons guider et découvrons avec plaisir une nouvelle piste cyclable le long de l’estuaire pour une arrivée magistrale sur Saint-Brévin avec vue sur les carrelets et le pont de Saint-Nazaire.

Malheureusement, la journée ne se termine pas comme prévu, car notre application de repérage semble avoir eu un problème et nous craignons d’avoir perdu toutes nos données depuis le début de la journée… Nous arrivons à l’hôtel assez perturbées et enchaînons les maladresses sous le regard bienveillant de notre hôtelier toujours aussi imperturbable.

La Vélodyssée emprunte un chemin qui longe l’estuaire de la Loire après Corsept. A l’approche de Saint-Brévin on peut observer les carrelets devant l’impressionnant pont de Saint-Nazaire.

 

Plusieurs choix d’itinéraire entre Saint-Brévin et La Bernerie

Le lendemain, la journée s’annonce meilleure que la veille. Après une bonne nuit de sommeil, nous retrouvons nos esprits … et une partie de nos données – hourra ! En plus, quelle chance, le soleil est éclatant. Nous enfourchons nos vélos pour nous diriger vers Bouin, à une soixantaine de kilomètres de là. Nous musardons en profitant des vues sur la mer jusqu’à arriver à un embranchement peu après Saint-Michel-Chef-Chef. La direction de Pornic est indiquée à gauche à 12km et à droite à 28km en passant par la Pointe Saint-Gildas et Préfailles. Même si le détour par la pointe Saint-Gildas n’était initialement pas prévu, nous faisons le choix de nous séparer, Josselyne part à l’aventure vers la pointe, tandis que je prends le chemin le plus direct pour m’attarder à Pornic visiter les hôtels.

5h plus tard, je retrouve à Pornic une Josselyne, enchantée par la beauté du panorama de la pointe mais fatiguée d’avoir cherché l’itinéraire mal indiqué après Préfailles et d’avoir tourné en rond pour entrer dans Pornic. Nous changeons notre fusil d’épaule et décidons de faire étape à La Bernerie-en-Retz car Bouin est encore à 40km. La route pour sortir de Pornic emprunte une corniche surplombant la mer, la vue est à couper le souffle. Nous arrivons à La Bernerie fourbues mais enthousiastes.

Envie de suivre la fin de nos aventures ? 

Suivez-nous sur les réseaux pour être tenus au courant de nos prochains articles !

 

A Pornic, la Vélodyssée passe sur la route de la corniche, offrant une vue surplombante sur le port puis sur la côte bordée de magnifiques villas.
Le port et le centre-ville de Pornic en arrière-plan

 



 

 

 

Laisser un commentaire

Or

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *