Ce qu’il faut savoir avant de partir en voyage à vélo électrique

Nombreux sont ceux qui ont toujours dit « le vélo pas pour moi », mais qui se laisseraient bien tenter par l’idée d’un voyage à vélo électrique.

Prophétisé comme l’avenir de la mobilité urbaine, le vélo électrique connaît également un bel engouement pour la randonnée. En tant qu’organisateur de voyage, nous avons souvent des voyageurs qui optent pour le vélo électrique. Nous avons tiré de notre expérience quelques enseignements utiles si vous hésitez à essayer ou réfléchissez à l’achat d’un vélo électrique pour vous évader en voyage.

Vélo à assistance électrique Cannondale
Vélo à assistance électrique Cannondale

Le terme « vélo électrique » est un raccourci de « vélo à assistance électrique » ou « VAE »

Ce détail a de l’importance car cela permet de comprendre le principe de fonctionnement même du vélo électrique : l’énergie apportée par la batterie n’est qu’une assistance. Le vélo n’avancera pas si vous ne pédalez pas, à la différence d’un scooter électrique. Le supplément d’énergie stimule le pédalier et décuple vos efforts vous permettant d’affronter une côte ou la tramontane par exemple, en ayant l’impression de rouler en descente vent dans le dos. Les pédaliers sont toutefois bridés à 25km/h en Union Européenne pour que vous puissiez emprunter les pistes cyclables sans souffler les autres utilisateurs sur votre passage.

Le vélo électrique élargira vos horizons de voyage

Concrètement, le vélo électrique en voyage vous permettra de parcourir facilement des distances journalières plus grandes, de 40km/jour à 60km/jour en moyenne, ou des régions dénivelées où vous n’auriez pas osé aller vous aventurer car vous n’avez aucune envie d’accomplir un exploit sportif. Pour les novices, le vélo électrique peut être un bon moyen de se mettre en selle sans avoir peur de ne pas y arriver quelle que soit la destination.

Au Pays basque, le vélo électrique c'est presque naturel!
Au Pays basque, le vélo électrique c’est presque naturel!

Nous avons également constaté que le vélo électrique permet aussi d’élargir le public des vacances à vélo. En effet, bien souvent, il permet à une personne moins entraînée, plus âgée ou qui a un point de faiblesse (dos, genou) de rejoindre passer du bon temps avec les copains avoir l’impression d’être l’éternel boulet qui ralentit tout le monde (même si vos amis sont sympas et vous ne le diront pas). Si c’est pour compenser une faiblesse, il faut toutefois demander conseil à votre médecin pour être sûr que ce n’est pas contre indiqué dans votre cas.

Enfin, il est bon aussi de savoir que le vélo à assistance électrique n’est pas adapté aux enfants. Les fabricants n’en proposent généralement pas car c’est considéré trop dangereux pour eux en raison de la vitesse.

En matière de vélo électrique, mieux vaut opter pour la qualité

Tous ceux qui ont déjà pratiqué le vélo électrique vous le diront, il ne faut pas hésiter à investir quand on s’équipe. Il faut notamment faire très attention au poids du vélo, à l’autonomie de la batterie et à la qualité des composants classiques. Il faut compter un budget entre 1000€ et 2000€ en moyenne pour du matériel durable et au-dessus pour du matériel haut de gamme tel le modèle Cannondale présenté plus haut.

En effet, le vélo électrique est plus lourd qu’un vélo classique : pour la majorité des modèles, son poids oscille entre 17 et 25kg. La chasse aux kilos occasionne de grandes différences de prix mais ne doit pas être négligée. Le poids augmente la consommation de la batterie, l’usure des composants mais surtout limite le confort.

L’autonomie de la batterie est aussi un point clé si vous souhaitez utiliser votre vélo électrique pour des voyages en itinérance. En investissant sur l’autonomie, vous achetez la tranquillité car vous n’avez pas envie de tomber en rade au milieu d’une étape. Certaines batteries peuvent théoriquement aller jusqu’à 80km/jour, même si la consommation dépendra du niveau d’assistance, de la topographie, du poids du cycliste, etc. Dans tous les cas, privilégiez une batterie amovible que vous pourrez facilement recharger n’importe où. Il est primordial de gérer l’assistance en fonction de votre étape, en modulant le niveau d’assistance en fonction de vos besoins uniquement pour économiser votre batterie. Prévoyez toujours une marge par rapport à l’autonomie théorique de la batterie, d’autant que celle-ci a tendance à diminuer au fur et à mesure des cycles de charge.

Au final, que vous le testiez au départ en randonnée ou pour vos déplacements quotidiens, le vélo électrique devrait vous convaincre de sortir de votre voiture. Un voyage à vélo électrique, c’est comme repousser vos limites un peu plus loin, sans devoir suivre l’entraînement de Jeannie Longo. L’essayer, c’est l’adopter !

Copyright photo: Pedego

Leave a Reply

Or

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *