Retour sur ….

Le 24ème Festival des Globe-Trotteurs!!

On vous l’avait mentionné il n’y a pas longtemps. Ce festival a réuni de nombreux participants autour de l’aventure au bout du monde et au bout de soi. Au programme, de nombreux témoignages de voyageurs qui nous amené vers des contrées lointaines.

 

Nous avons pu y voir l’échappée belle de Nathalie et Frédéric Dufour. Après avoir rejoint Moscou en bus, puis la Chine avec le transsibérien, ils ont rejoint le Népal et de là ont parcouru à pied une bonne partie de l’Asie du Sud-Est. Leur périple aura duré un an : les six premiers mois en Asie et les six autres restants en Amérique du Sud.

 

Plus tard, dans la journée nous avons pu assisté à une petite conférence donnée par Alice Gréjon et Fabien Parisot, dans laquelle ils nous ont distillé leurs bons conseils de tour-du-mondistes.

 

La fin de cette première journée de festival nous en enfin amené en Chine chez les Miao noirs de la province du Guangxi. Virgine Seiller est ainsi partie à la recherche d’une mystérieuse stèle en pierre, la Table des Lois du peuple Miao. Avec l’aide de Guzhu, un prestigieux chaman et son interlocuteur privilégié, Virginie est allée jusqu’aux Monts du Seigneur du Tonnerre où se trouverait la fameuse stèle.

 

Nous avons clôturé le festival par deux témoignages impressionnants. Le premier est celui d’Etienne Hoarau. Atteint d’une maladie l’handicapant au niveau des jambes depuis son enfance, Etienne a tout de même décidé de partir à l’autre bout du monde. Son handicap lui a appris à en vouloir et il n’a pas hésité à traverser les deux Amériques à vélo, soit 7000 kms en 7 mois avec un ami valide.  Il a ainsi pu nous montrer que son handicap n’était pas une gêne, mais presqu’une facilité pour rencontrer des gens, auquel s’ajoute le vélo qui a constitué une autre force dans son voyage, augmentant ainsi son capital sympathie. Ce voyage n’est pas seulement un voyage à l’autre bout du monde c’est aussi et surtout un voyage au bout de soi. A plusieurs reprises, Etienne s’est demandé s’il n’allait pas mourir au milieu de ses paysages désertiques. Son handicap le fatigue énormément et le fait tombé plusieurs fois, ralentissant ainsi l’expédition. Mais malgré ces moments plus que rudes et difficiles, il estime que ce voyage a été le meilleur qu’il ait fait. Il est également revenu sur cette aventure, à travers son ouvrage A contre-pied. Vélo, handicap et rencontres autour du monde. S’estimant chanceux d’être né en France, Etienne reverse la totalité des fonds à des associations des pays du Sud venant en aide aux handicapés.

 

Enfin, nous avons assisté à la projection du documentaire Paroles de conflits de Raphaël Beaugrand. Au départ de Paris, Raphaël a choisi de rejoindre Hiroshima. L’objectif de ce voyage à vélo était de recueillir des témoignages de personnes ayant côtoyé les horreurs de conflits armés, afin d’interpeller la conscience de chacun et de limiter les conflits.

Leave a Reply

Or

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *